• Nicolas Garait-Leavenworth

    Clifton's 1, 2012
    Tirage lambda monté sur caisson lumineux
    73 x 55 x 12 cm
    Edition de 2 + 1 EA
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Clifton's 2, 2012
    Tirage lambda monté sur caisson lumineux
    73 x 55 x 12 cm
    Edition de 2 + 1 EA
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Clifton's 3, 2012
    Tirage lambda monté sur caisson lumineux
    73 x 55 x 12 cm
    Edition de 2 + 1 EA
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Clifton's 4, 2012
    Tirage lambda monté sur caisson lumineux
    73 x 55 x 12 cm
    Edition de 2 + 1 EA
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Clifton's 5, 2012
    Tirage lambda monté sur caisson lumineux
    73 x 55 x 12 cm
    Edition de 2 + 1 EA
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Clifton's 6, 2012
    Tirage lambda monté sur caisson lumineux
    73 x 55 x 12 cm
    Edition de 2 + 1 EA
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Not Titled Yet, 2012
    Photogramme
    61 x 50 cm
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    White dog, 2012
    Photographies, journaux, images trouvées
    Dimensions variables
    pièce unique
    Vue d'exposition Salon de Montrouge 2012
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Not Titled Yet (The square series 2), 2011
    2 Photogrammes
    50,5 x 40,5 cm x 2
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Understanding through peace, 2011
    Photographies, journaux, images trouvées
    Dimensions variables
    pièce unique
    Vue d'exposition La Salle de Bains, Lyon, 2011
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Not titled yet (Flag), 2010
    4 photogrammes
    50,5 x 40,5 cm x 4
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Not Titled Yet , 2010
    Photogramme
    50,5 x 40,5 cm
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Not Titled Yet , 2010
    Photogramme
    50,5 x 40,5 cm
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Not titled yet , 2010
    Photogramme
    50,5 x 40,5 cm
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Not titled yet, 2010
    Photogramme
    50,5 x 40,5 cm
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Not titled yet , 2010
    Photogramme
    40,5 x 50,5 cm
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Not titled yet , 2010
    Photogramme
    50,5 x 40,5 cm
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Not titled yet , 2009
    Photogramme
    100 x 75 cm
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    Not titled yet , 2009
    Photogramme
    100 x 75 cm
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    28 months, 2006-2012
    Installation vidéo sur deux écrans
    2'30 en boucle
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    The way we live now, 2006
    Papier peint sérigraphié
    Silk screened wallpaper
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth
  • Nicolas Garait-Leavenworth

    The weather scales, 2006
    Peinture liquitex sur mur
    Dimensions variables
    pièce unique
    Nicolas Garait-Leavenworth

-

Biographie

Une fois dans l’aéroport, il vous faudra franchir la barrière de la zone internationale. Retirer vos souliers et votre ceinture. Allumer chacun de vos appareils électroniques (téléphone, iPod, laptop, caméra numérique). Puis, craintif comme un enfant, passer à travers le détecteur de métal en faisant bonne figure. Devoir sortir son briquet et le laisser là. Vous faire palper une dernière fois avant de récupérer vos affaires, un goût métallique dans la bouche, mélange d’humiliation et de violence contenue. De menace potentielle.

Vous y êtes : la zone stérile de l’aéroport s’ouvre devant vous, espace privilégié d’attente et de solitude, sans bruit ni violence possible. Un échange limité à quelques mots contractuels avec une poignée de personnes et vous vous trouvez dans un avion au confort relatif. L’air y est parfaitement climatisé quoiqu’un peu frais. Il est pur, pour éviter que d’hypothétiques infections ne se propagent d’un passager à l’autre (regret d’un âge d’or fantasmé du transport aérien, lorsque Andrée Putman concevait la déco du Concorde et que les hôtesses de l’air étaient habillées par Courrèges plutôt qu’en tergal). Et si, après 10 heures de concentration intense, le capitaine de bord ratait son atterrissage  ? La piste fonce droit sur vous, vos ongles s’enfoncent dans les accoudoirs, vous touchez le sol dans un sursaut, les freins commencent à crisser, les roues glissent, l’avion s’arrête enfin.