• du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • du classicisme

    Alex Cecchetti, Benoît Maire
    27.09.2012 - 17.11.2012
    du classicisme
  • Alex Cecchetti

    Song of solitude (3), 2012
    Encre de chine sur papier et appeaux
    42,5 x 58 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Song of solitude (11), 2012
    Encre de chine sur papier et appeaux
    78 x 103 cm
    pièce unique
    Cortex Athletico / De Facto
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Song of solitude (4), 2012
    Encre de chine sur papier et appeaux
    42,5 x 58 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Song of solitude (5), 2012
    Encre de chine sur papier et appeaux
    42,5 x 58 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Song of solitude (6), 2012
    Encre de chine sur papier et appeaux
    42 x 30 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Song of solitude (7), 2012
    Encre de chine sur papier et appeaux
    30 x 42 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Song of solitude (8), 2012
    Encre de chine sur papier et appeaux
    42 x 30 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Song of solitude (1), 2012
    Encre de chine sur papier et appeaux
    42,5 x 58 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Song of solitude (9), 2012
    Encre de chine sur papier et appeaux
    78 x 103 cm
    pièce unique
    Cortex Athletico / De Facto
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Song of solitude (2), 2012
    Encre de chine sur papier et appeaux
    42,5 x 58 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Song of solitude (10), 2012
    Encre de chine sur papier et appeaux
    78 x 103 cm
    pièce unique
    Cortex Athletico / De Facto
    Alex Cecchetti
  • Benoît Maire

    Nuage 2, 2012
    Peinture à l'huile sur toile
    98 x 144 cm
    pièce unique
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    Nuage 1, 2012
    Peinture à l'huile sur toile
    98 x 144 cm
    pièce unique
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    arma, 2012
    Cuivre, laiton, coquillage, bois, résine
    110,5 x 64 x 30,5 cm
    pièce unique + 1 EA
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    Sans titre (ici la mesure est en défaut, il dit), 2012
    Letraset, coquillage, cristal, roche
    110 x 25 x 12,5 cm
    pièce unique
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    Sans titre , 2012
    Polystyrène, coquillages
    23 x 20 x 2 cm sans socle
    pièce unique
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    Moment 1, 2012
    Feuilles séchées, plexiglas, verre, feuille d'aluminium, livre d'artiste
    60 x 136,5 x 26 cm
    pièce unique
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    Matthias 2, 2012
    Tirage Lambda
    80 x 120 cm
    Edition de 5 + 2 EA
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    Alex, 2011
    Tirage couleur à l'agrandisseur, contrecollage aluminium
    80 x 120 cm
    Edition de 5 + 2 EA
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    Le Nez, 2010
    Métal, bois, bronze
    Dimensions variables
    Edition de 8 + 2 EA
    Cortex Athletico / De Facto
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    i.e 3 (ordinateur), 2012
    vidéo
    25'
    pièce unique + 1 EA
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    i.e 3 (téléphone), 2012
    film
    25'
    pièce unique + 1 EA
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    Atelier 3, 2012
    Tirage lambda à l'agrandisseur, contrecollage aluminium, encadrement chêne
    80 x 120 cm
    Edition de 5 + 2 EA
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    suspens, 2011
    Photographie de plateau, zinc, ampoule
    pièce unique + 1 EA
    Benoît Maire
  • Alex Cecchetti

    Chroniques Mésopotamiennes (3), 2012
    Peinture à l'huile sur papier
    65,5 x 84 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Chroniques Mésopotamiennes (4), 2012
    Peinture à l'huile sur papier
    70 x 101 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Chroniques Mésopotamiennes (5), 2012
    Peinture à l'huile sur papier
    70 x 101 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Chroniques Mésopotamiennes (6), 2012
    Peinture à l'huile sur papier
    70 x 101cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Chroniques Mesopotamiennes (7), 2012
    Peinture à l'huile sur papier
    65,5 x 84 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Chroniques Mésopotamiennes (1), 2012
    Peinture à l'huile sur papier
    70 x 101 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti
  • Alex Cecchetti

    Chroniques Mésopotamiennes (2), 2012
    Peinture à l'huile sur papier
    70 x 101 cm
    pièce unique
    Alex Cecchetti

-

Texte

 Alex Cecchetti à Bordeaux


 
Quand le soir prolonge son désir jusqu'au soir d'après,
Alex Cecchetti prend des photos.




À nouveau je gagne une mesure de ce que je peux,
Dès lors je pense à Alex et son courage.
Il m'en donne pour connaître des objets
Qui étaient, à l heure, cachés.



Bientôt un feu nous rassemblera pour parler des mystères.


 


Benoît Maire


 


Benoît sans Maire


 


Une allégorie est une figure rhétorique. Une figure rhétorique est une forme qui insiste à se manifester dans le langage, jusqu'à devenir manière. Une allégorie est donc une manière de parler d'une autre manière d'une autre chose. Confus ?


Chaque fois que nous représentons une idée abstraite avec un objet, nous produisons d'une certaine façon une allégorie. Même si une allégorie est une constellation cristallisée de métaphores, elle n'est pas une métaphore. La métaphore est directe, créatrice, elle produit l'idée du temps comme argent, mais de la même façon, elle pourrait faire du temps un escalier. Le temps est un escalier, ou l'argent est une chaise. Au contraire, une allégorie fait croiser des métaphores entre elles, de façon à produire un filet de sens avec des mailles très serrées. Les choses n'échappent pas à l'allégorie, mais d'une certaine façon elles n'y rentrent pas non plus. C'est un filet pour pêcher ailleurs et, dans ce système de renvois, l'auteur a une idée bien précise de la figure qu'il veut produire. C'est pour cette raison que l'allégorie est toujours dans la représentation et souvent au service du pouvoir. Une mascarade ? On verra bien ?


Le travail de Benoît s'articule dans une toile d'araignée tendue entre des problématiques esthétiques et philosophiques qui se trouvent ailleurs. Suspendus ici, nous nous sentons pris en cage et immobiles. Mais lui, Benoît, est comme une araignée, il ne s'y colle pas. De la peinture de la Renaissance à la nouvelle métaphysique de l'événement, quelque part là en bas où se trouve la psychologie du désir sans objet. Si on devait prendre une photo de cette architecture, une seule image de toutes les constellations de référence, la vision serait vertigineuse et le palais aurait des zones obscures, des escaliers tremblants. Mais ce filet qui soutient et qui donne corps à une seule table, à une seule sculpture, à une seule


photographie, est, peut être, seulement un instrument parmi d'autres. Depuis cette perspective, l'hypothèse plus simple à formuler sur le travail de Benoît, est celle fascinante d'un mouvement de la théorie, du concept à la forme. Mais cette hypothèse, vous le voyez, ne capte pas la différence essentielle entre aller vers et aller avec. Une forme n'est pas une représentation d'un concept, ni la tentative de sa vérification. Ou alors elle ne le devrait pas.


Imaginez, et ce n'est pas difficile, que ce ne soit pas l'artiste qui recherche une forme,  mais que ce soit la forme qui insiste sur l'artiste. Pourquoi ? Mais pour exister. Vous le feriez aussi si vous étiez menacés par le néant. Vous essayeriez de trouver la façon de vous répéter, pour continuer encore à marcher dans ce monde et aussi dans le prochain. Cette forme qui essaie de se reproduire à chaque fois dans le travail suivant, on doit la penser comme quelque chose qui complique, quelque chose qui diffère. La complication est la seule possibilité d'exister pour cette forme. Celle-ci


ne correspond point à une vision romantique de l'artiste ou de sa démarche artistique, ici je vous parle d'une promenade, une balade quelconque, où on ne monte pas à haute altitude. Si, au contraire, ce jardin vous apparaît comme un précipice romantique, tant mieux. Tout est tellement ennuyant dans le monde du matérialisme cynique que ce qui produit le plus grand plaisir est d'essayer la folie.


Pour mieux décrire ce que je veux dire par complication, je pourrais vous raconter pourquoi il n'y a rien qui agace plus que d'avoir le contrôle total dans son propre travail. Ça serait comme se balader sans voir l'envol soudain d'un cygne ou sans la découverte d'un cadavre. Car si vous avez tout calculé disons d'un travail, d'une forme, si vous avez des réponses pour chaque choix, et si surtout chaque détail est connu et compris même à ceux à qui ce travail s'adresse, à quoi ça sert de l'exposer ? À quoi ça sert de le formaliser d'une autre façon quand il suffirait d'en illustrer les intentions ? C'est là, dans la décision consciente de perdre l'autorité que réside la genèse de cette forme que je vous demande de reconnaître.


Je pourrais évidemment vous raconter pourquoi l'investigation d'un concept amène toujours à questionner l'objet, car chaque mesure prévoit un instrument, que ça soit un pied, un pouce ou même la table où se trouve le microscope. Et encore je pourrais éloigner chaque objet de vous et vous faire croire qu'un stadia est un arbre et qu'un gyroscope est une méduse. Car qu'est ce qui vous dit que nous ne sommes pas les compas de quelque chose d'autre ? Voici, maintenant vous aussi le voyez, peut être, que les opérations de Benoît ne sont pas des opérations chirurgicales sur le corps du concept, ni des peintures logiques, ni moins encore des essais de théorie.


Comme beaucoup d'autres, ce qu'il essaie de faire est de se compliquer la vie.  Que seraient ces tables et ces instruments qui ne servent à rien, sinon des allégories ?


La personne qui soulève cette question serait dans le juste : les allégories de Botticelli.  L'Île de la répétition de Benoît Maire peut être vue comme un olympe, où différentes figures conceptuelles prennent forme. Comment, alors, détruire une allégorie ?


J'avais un secret, maintenant je ne l'ai plus. J'ai travaillé en atelier avec Benoît plus d'une fois, et ça se passe toujours de la même façon quand nous sommes ensemble. L'objet est là, fait comme une idée, quelque chose qu'on aurait pu écrire et laisser noir sur blanc. On l'observe, il est là, on bouge un peu la tête et on dit non. Non quoi ? Non, trop facile. Et alors on doit recommencer du début, ou alors couper ou ajouter. C'est à ce moment-là que la forme prend son chemin dans la fente qu'on a grand ouvert, l'ouverture de la possibilité, de la complication. Cette forme que nous invitons, doit être capable de remettre en jeu la problématique, faire devenir la réponse une question, isoler les convictions et les ridiculiser. D?une certaine façon, et si vous me permettez une autre métaphore, celui qu?on invite est un bouffon, le carnaval.


J'ai ressenti une ouverture de ce type en écrivant ce texte, j'ai à nouveau essayé la forme. Je vous laisse alors avec une autre question. Qu'est ce que c'est un texte ? Eh bien, quand on nous a dit que tout est texte, peut être que nous avons mal lu, mal compris, peut être que le texte aussi était imprécis.


 


Alex Cecchetti