• Gouge away

    Stéphanie Cherpin
    26.01.2008 - 01.03.2008
    Gouge away
  • Gouge away

    Stéphanie Cherpin
    26.01.2008 - 01.03.2008
    Gouge away
  • Gouge away

    Stéphanie Cherpin
    26.01.2008 - 01.03.2008
    Gouge away
  • Gouge away

    Stéphanie Cherpin
    26.01.2008 - 01.03.2008
    Gouge away
  • Gouge away

    Stéphanie Cherpin
    26.01.2008 - 01.03.2008
    Gouge away
  • Gouge away

    Stéphanie Cherpin
    26.01.2008 - 01.03.2008
    Gouge away
  • Stéphanie Cherpin

    Feline Mix, 2007
    lits jumeaux, planches de surf, parquet, peinture
    200 x 140 x 80 cm
    pièce unique
    Frac Limousin
    Stéphanie Cherpin
  • Stéphanie Cherpin

    Kabuto, 2006
    baignoire d'angle, plaque de mousse isolante, planches à repasser, lino, chaîne, peinture
    190 x 150 x 100 cm
    pièce unique
    Stéphanie Cherpin
  • Stéphanie Cherpin

    Hairspray Queen 1, 2006
    rouleaux de lavage automatique
    variable
    pièce unique
    Stéphanie Cherpin
  • Stéphanie Cherpin

    Milk it, 2008
    tuyaux pvc, pots de fleurs, auvent en bois, bitume, crépi, peinture, scotch
    170 x 190 x 140 cm
    pièce unique
    Cortex Athletico
    Stéphanie Cherpin
  • Stéphanie Cherpin

    Long snake moan 2, 2008
    planche à repasser, tapis de voiture, coussins en simili cuir, peinture
    250 x 110 x 100 cm
    pièce unique
    Stéphanie Cherpin
  • Stéphanie Cherpin

    Untitled, 2007
    cabine de douche, planches de surf, rideau-portière, chaînes, peinture
    345 x 100 x 40 cm
    pièce unique
    Collection publique
    Stéphanie Cherpin

-

Texte

Qui a peur de Mr Bricolage ?


Si le c?ur d?une cité est traditionnellement dévolu à la vie politique et culturelle, sa périphérie est un amas de chantiers, industries et grandes surfaces. A la noblesse des édifices du centre-ville s?opposent ainsi des constructions chaotiques à l?architecture purement fonctionnelle et éphémère. Et pourtant la monumentalité, la profusion, la brutalité propre à ces zones industrielles provoque un certain émerveillement.


C?est ce que s?efforce de reconnaître l??uvre sculptée de Stéphanie Cherpin, dans les deux sens du mot : rencontrer quelque chose ou quelqu?un de familier, et légitimer, attribuer une distinction honorifique. Cette reconnaissance est le point de départ de tout un processus sculptural. Explorer, arpenter ces territoires périphériques. Faire de leurs dimensions celles d?un gigantesque atelier. Se laisser traverser par un flux d?images et de sensations. Guetter parmi les pièces détachées des magasins de bricolage, dans l?accumulation de matériaux désactivés, les différents éléments d?une structure esthétique. Les confronter, les combiner et tenter de les intensifier.


 


A la différence du collage, les hybridations de Stéphanie Cherpin produisent une altération, un transfert de qualité entre formes et matériaux : la métamorphose d?une baignoire en planches à repasser apparaît alors comme une évidence. Cette même évidence qui nous fait reconnaître dans les brosses multicolores de lavage de voiture ce qu?il faut de majesté pour constituer une ?uvre à part entière. L?assemblage ne se fait pas non plus sans travestissements, par l?application de peinture, par exemple. Mais ce maquillage est délibérément vulgaire et dérangeant, un maquillage de voiture volée, qui se préoccupe moins d?embellir que de faire effet.


Une fois offerts aux regards du spectateur, ses travaux débordent, provoquent. Aucune emprise globale n?est possible. C?est une sculpture qui obstrue délibérément le passage, dans laquelle on se prend les pieds. Une sculpture faite de tension. Une sculpture qui montre les dents. Une sculpture limite, aux accords stridents, dépouillée de toute sophistication. Cette énergie, ce refus de s?accomplir trouve de sérieux points d?accroches avec toute une culture rock grunge à laquelle ses titres rendent hommage. Gouge away, le titre de son exposition bordelaise, est ainsi emprunté à la chanson éponyme des Pixies. Difficilement traduisible en français, gouge peut signifier selon ses occurrences, graver, creuser, évincer ou encore énucléer. En y joignant l?adverbe away, la  proposition s?entend alors comme une invitation. Celle d?un banquet orgiaque dont on est pas sûr de ressortir indemne. La sculpture de Stéphanie Cherpin est à l?image de l?herbe décrite par Henri Miller dans un célèbre passage de son Hamlet : si elle ne produit ni fleurs, ni porte avions, ni sermons sur la montagne, en fin de compte, c?est toujours elle qui a le dernier mot.


 


Paul Bernard