• Le présent

    Etienne Chambaud, Benoît Maire
    20.12.2006 - 03.02.2007
    Le présent
  • Le présent

    Etienne Chambaud, Benoît Maire
    20.12.2006 - 03.02.2007
    Le présent
  • Le présent

    Etienne Chambaud, Benoît Maire
    20.12.2006 - 03.02.2007
    Le présent
  • Le présent

    Etienne Chambaud, Benoît Maire
    20.12.2006 - 03.02.2007
    Le présent
  • Le présent

    Etienne Chambaud, Benoît Maire
    20.12.2006 - 03.02.2007
    Le présent
  • Le présent

    Etienne Chambaud, Benoît Maire
    20.12.2006 - 03.02.2007
    Le présent
  • Benoît Maire

    Musique pour un cheval centenaire (3 versions) en collaboration avec Etienne Chambaud, 2005
    Piano, disklavier, partition, disquette
    165 X 131 X 60 cm
    Edition de 3 + 2 EA
    FRAC IDF
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    Lacane, 2006
    Canne, résine
    Dimensions variables
    pièce unique
    Collection privée
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    La coulure Constance Mayer, 2005
    Peinture glycérophtalique sur toile
    300 X 170 cm
    pièce unique
    Collection privée
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    Le matin (2ème version d'une série de 3), 2007
    Résine, tube plastique
    30 X 25 cm
    pièce unique
    Benoît Maire
  • Benoît Maire

    Ushuaia, 22 mars 2006, 2006
    Polaroïd
    31,5 X 31,5 cm
    pièce unique
    Benoît Maire

-

Texte

Etienne Chambaud (né en 1980) et Benoît Maire (né en 1978) se sont rencontrés dans les jardins de la Villa Arson à Nice il y a quelques années. Leur première collaboration a été le cycle Libido Post-Fiction en 2002-2003, lorsqu?ils étaient encore étudiants, puis ils ont publié le texte Hantises de surface, la même année.


Il y a un an ils ont créé Musique pour un cheval centenaire. Ils s?interrogent alors sur l?effondrement du temps à travers la résolution possible d?une image mentale, celle associée à  «l?événement de Turin» : le moment, en 1889, où Nietzsche tombe au cou d?un cheval battu sur une place de cette ville. Dans le sillage de cette pièce, ils ont pensé leur première exposition commune qui s?appelle Le Présent. Des interrogations sur les larmes (notamment celles des chiens), sur les monuments de monuments, les événements impossibles, les temps locaux désynchronisés, sur le dehors, la clôture du monde, le voyage dans le temps (et la question de son retour), sur la nostalgie, la mélancolie et d?autres disjonctions, sur des souvenirs du présent et de quelques fins, semblent en être les enjeux.


Pour l?exposition, ils écrivent une courte fable qui s?appelle aussi Le Présent et dans laquelle ils cherchent à faire apparaître quelques motifs de ces questionnements. Le Chien, Le Vieil Homme et L?Enfant sont au bord d?un ruisseau qui ressemble à un torrent et bavardent.