• Art Basel Statement 2010

    Benoît Maire
    16.06.2010 - 20.06.2010
    Art Basel Statement 2010
  • Art Basel Statement 2010

    Benoît Maire
    16.06.2010 - 20.06.2010
    Art Basel Statement 2010
  • Art Basel Statement 2010

    Benoît Maire
    16.06.2010 - 20.06.2010
    Art Basel Statement 2010
  • Art Basel Statement 2010

    Benoît Maire
    16.06.2010 - 20.06.2010
    Art Basel Statement 2010
  • Art Basel Statement 2010

    Benoît Maire
    16.06.2010 - 20.06.2010
    Art Basel Statement 2010
  • Art Basel Statement 2010

    Benoît Maire
    16.06.2010 - 20.06.2010
    Art Basel Statement 2010
  • Art Basel Statement 2010

    Benoît Maire
    16.06.2010 - 20.06.2010
    Art Basel Statement 2010
  • Benoît Maire

    Le concept de Cordélia, 2010
    Installation comprenant des éléments en noyer, bronze, verre, chêne, cire et terre cuite, avec deux films en super 8 mm transférés sur DVD, diffusés sur des moniteurs 20??
    dimensions variables, durée du film : 6'30
    pièce unique
    Benoît Maire

-

Texte

Le concept de Cordélia présenté à ArtBasel Statement 41 est une oeuvre duale, composée d'un film et d'une installation sculpturale, réalisée sur plus d'une année. Elle s'inscrit dans la volonté de montrer l'aspect plastique et affectif de la théorie et de la philosophie, logique déjà présente dans nombre des travaux de l'artiste.


Tourné en super 8 mm pour évoquer un souvenir et diffusé en boucle sur deux moniteurs distincts, le film donne à voir deux personnages qui s'entretiennent dans un salon.


Un homme de 50 ans et une jeune fille de 20 ans. L'homme, qui joue le philosophe Søren Kierkegaard, explique à la jeune fille qu'elle n'est pas une jeune fille comme les autres, mais qu'elle est le concept même de la jeune fille.


Elle est le concept de Cordélia, que le philosophe avait forgé dans Le journal du séducteur, pour parler du stade esthétique dans l'existence.


La sculpture composée de plusieurs objets : éléments abstraits en bois, répliques de Kouros greg en bronze, pieds de tables moulés - fait référence à la statuaire antique et aux associations surréalistes. Située face aux moniteurs, elle est exposée comme une scénographie de l'inconscient des deux personnages, arrêtée dans l'espace d'exposition à sa meilleure position.


Il s'agit de montrer par le film d'autres potentiels de la sculpture, de créer un équilibre narratif dont le sujet principal reste la dualité.


Le concept de Cordélia a été réalisé à partir d'un extrait retravaillé du film L'île de la répétition de Benoît Maire, 2010.




" Søren Kierkegaard : Tu existes de soi.


Le Concept de Cordélia : Je ne suis pas plus avancée.


Søren Kierkegaard : Tu n'as pas remarqué que lorsque que l'on te parle on monologue.


(...)


Le Concept de Cordélia : Quel est alors le staut de mon existence auprès de vous ?


Søren Kierkegaard : Tu es notre détresse éternelle.


Le Concept de Cordélia : C'est-à-dire ?


Søren Kierkegaard : C'est-à-dire que tu représentes, tu fascines, tu incarnes - et John est bien trop aveugle pour s'en rendre compte -notre désir incapable de se réaliser. »




Le concept de Cordélia, extraits.